vendredi 9 mai 2008

Massacre à la pince coupante

Hier, il faisait beau de part chez nous.
Aussi, avec ma moitié, nous voilà au jardin à regarder avec amour le gazon qui pousse, les semis lever, les fraisiers et framboisiers fleurir (on va s'en mettre plein la panse si les gnomes de jardin ne passent pas avant !)...et là vision d'horreur : il faudrait tailler la haie.

Après avoir été emprunter la cisaille-qui-coupe-tout à papa/maman, j'avise en premier l'extérieur du jardin. En effet, les cantonniers ne sont pas encore passés et les abords extérieurs ressemblent de plus en plus à une jungle hostile, les bébètes en sus.
Et il faut savoir que notre petite famille à une sainte manie : se promener les petons à l'air, quitte à se rentrer entre les doigts de pieds échardes ou dards, à revenir at home les pieds vert-brun-dégueulasse à moitié écorchés...mais bon passons (là encore, on ne se refait pas !).
Donc, je disais, c'est équipé de mon outil tranchant que je pars à l'assaut des végétaux envahissants (ronces, buddleias sauvages et autres). Je coupe, je tranche, je mâche, je taille dans le vif....RHA que ça fait du bien de se défouler (note à moi-même : très bon exutoire la cisaille, attention quand même qu'aucun gamin ne traîne dans les parages...).

Après avoir réaménager un espace entre ma clôture et le début de la forêt digne des champs élysées, je repars m'atteler cette fois-ci à la taille de ma haie de troènes.
Je souffle, je sue, j'ai mal aux épaules (c'est quelle est haute cette put.. de haie de mes 2). Et là je me retourne pour voir mon travail, histoire quand même d'apprécier l'exactitude de mon geste, l'horizontalité parfaite que j'adopte malgré la hauteur de cette punaise de haie et KESKE JE VOIS : 2 de mes gnomes en train de me ratiboiser le rosier à l'aide de pinces coupantes que gentil mari (hum!) a omis de ranger.
Mon pauvre rosier (le seul du jardin que j'avais bien voulu épargner)...lui qui avait sorti tous ses atours pour me prouver qu'il avait sa place dans notre petit lopin de terre. Je l'avais taillé sévèrement au début du printemps pour le reformer...il était, hier matin encore, superbement paré d'un feuillage bronze et d'un tas de boutons floraux...et maintenant il est dans le prolongement de la haie, en forme de....en forme de rien en fait...ils me l'ont massacré....BOUH.
Faites des gosses qu'ils disaient...

PS : je mets aux enchères : 3 blondinets capables d'égayer vos journées. Imprévus toutes les heures. Personne de santé fragile, cardiaque, ou à pétage de câble rapide s'abstenir. A venir chercher sur place. Prix de départ : 1 euro ! ..NON...en fait j'vais échanger contre des plantes !!!!

7 commentaires:

sophie a dit…

Jai bien ri! Cela me rappelle tant de souvenirs: la glycine en abre blançoire, les Hamamelis poteaux de but, etc ... etc ...

claude lasnier a dit…

Le rosier repoussera. Quand mes enfants étaient petits je n'avais pas de jardin et je le regrette car c'est un super terrain de jeu et d'éveil.

berthille a dit…

Un vrai rayon de soleil ton humour dès le matin. J'adore ! En compagnie du premier thé de la journée, ça donne la pêche.

Miss canthus a dit…

whouarffffffffff ! trop drôle...mais NON, pas d'autre gnome ICI, ma créature et mes poilus me suffisent!!!

Anne-Marie S a dit…

Que de bons souvenirs ils vous construisent ces petits bouts de choux !
Merci pour le site rhodos qui est superbe, je vais tous passer en revue pour retrouver mon inconnu...
Biz

Marie a dit…

...Heu, moi aussi, je cherche à échanger 2 enfants (du moins, qui ressemblent à des enfants, mais parfois, on se demande ce qu'il y a à l'intérieur, pour de vrai...), qui m'ont coupé hier quelques branches de plantes adorées pour "faire des boutures comme toi, maman"...! Un truc pour les occuper au jardin et être - un peu - tranquille : un gros tas de terre... C'est sûr, c'est salissant, mais pas tellement plus que de jouer dans mes massifs, en fait.

A part ça, j'aime beaucoup votre blog, je reviendrai !

passiflore a dit…

Fais gaffe, je viens de voir dans le journal une mère allemande mise sous tutelle des services sociaux pour avoir mis son gosse en vente sur e-bay. pour rire, qu'elle a eu beau leur dire. ils n'ont rien voulu savoir. Note, t'en serais quitte. mais je suis sûre qu'ils n'auraient pas la délicatesse de t'amener des fleurs en échange.